Imperial Cleaning

Bienveillance humaine. Bienveillance divine : une harmonie qui se répand

Maintenant c'est le Seigneur qui, devant les mêmes foules, rend témoignage à Jean.

Notes obtenues aux examens, concours et recrutements ASS

Découvrez l'édition papier de la bible liturgique en librairie

Moab est le pays où Ruth habitait. Ceci peut être expliqué par les plateaux élevés où se trouve Moab. Elle date probablement de la fin du Vème siècle av. En effet, dans le premier livre de Samuel, on attribue au roi David une parenté moabite 1S 22, Le Deutéronome, comme Esdras ou encore Néhémie, avaient condamné toute union matrimoniale avec des étrangères.

Peinture de Robert Scott Lauder — Collection privée. The story of Ruth: La composition le montre symboliquement sous un cep de vigne. Aquarelle de James Tissot Ruth a travaillé consciencieusement, glanant les grains abandonnés après la récolte. Mais quelque chose a attiré son attention et la distrait de son travail. Peinture de Marc Chagall Dans les Contemplations, Victor Hugo raconta combien il fut émerveillé pendant son enfance par la découverte de la Bible. Jeanne, la merveilleuse Jeanne!

Les enfants sont aussi gâtés que possible, matériellement, et quasi abandonnés affectivement. Parfois, ce sont les enfants rois au point de devenir de véritables tyrans. Jeanne aimait bien la complicité entre les deux femmes que décrit la Bible. Les pauvres en vie spirituelle ce sont nos vrais pauvres, parce que nous ne savons pas comment les atteindre.

Pis même, on les méprise. Ces cinq petits livres sont regroupés entre le livre des Proverbes et celui de Daniel. Vous souhaitez participer à la publication d'un article ou apporter votre témoignage? Un éclairage sur la vie Pour tout savoir sur ce que vivent les chrétiens au quotidien: Bible et Cinéma La Bible et les chrétiens: Enfants Parents et enfants: Sens du livre de Ruth Dans la nuit, lorsque tout porte à désespérer, une lueur apporte l'espoir de jours meilleurs.

Le récit se déroule à l'époque des Juges, lorsque tout n'était que violence dans l'histoire du peuple juif.

L'histoire de Ruth vient en quelque sorte comme une oasis de paix. Ses enseignements importants sont au nombre de quatre: Prier avec le livre de Ruth Découvrez les méditations pour prier avec le texte. Les personnages principaux du livre de Ruth Les trois personnages principaux sont Noémi, Ruth, et Booz.

Ces deux récits de la Nativité ne résistent pas à l'examen critique et sont du reste inconciliables [ 35 ]. L'année de sa naissance n'est pas non plus connue précisément. Les dates retenues peuvent osciller entre 9 et 2 av. Les évangiles selon Matthieu et selon Luc la situent sous le règne d' Hérode I er le Grand dont le long règne s'achève en 4 avant notre ère [ n 14 ]. L'estimation généralement retenue par les historiens actuels va de 7 [ 2 ] à 5 avant notre ère [ 36 ]. L'évangile selon Luc [ v 11 ] évoque Joseph, père adoptif de Jésus qui, en assumant sa paternité, rattache ce dernier à la lignée de David [ 43 ].

Luc et Matthieu rapportent la tradition de la conception virginale probablement afin d'accomplir le texte prophétique et de répondre aux rumeurs et aux accusations lancées par des Juifs non chrétiens à propos de la naissance illégitime de Jésus accusations qui se retrouvent notamment chez Celse et dans les Toledot Yeshou.

Il a été remarqué que tous les noms connus de ces enfants ont une forte charge symbolique et nationaliste qui, au-delà de la piété judaïque, dénote un patriotisme revendiqué: L'exégète catholique John P. Meier conteste cette acception qui n'apparaît jamais dans la version grecque de l'Ancien Testament [ 57 ] dans lequel le terme adelphos marque exclusivement le lien fraternel de sang ou de droit [ 58 ]. Né de l'imagination hagiographique du rédacteur matthéen [ 35 ] , [ 60 ] , cet épisode met en scène Hérode , prenant peur pour son pouvoir, qui décide de faire tuer tous les premiers-nés de son peuple [ 61 ].

L'évangile selon Luc rapporte encore un incident probablement légendaire [ 62 ] au cours duquel, quand il a douze ans, ses parents cherchent Jésus qu'ils retrouvent en conversation avec les docteurs du Temple de Jérusalem. Ce qui est relaté, par les évangiles canoniques , de la vie de Jésus avant le début de sa vie publique, ne consiste qu'en très peu de choses, disséminées dans différents textes canoniques.

Ces récits privent ainsi Jésus de son enfance, ce qui donne l'opportunité aux apocryphes de l'enfance , traités pédagogiques, livres de catéchisme et à l' iconographie chrétienne de combler les vides en imaginant de nombreuses scènes de l'enfance [ 64 ].

L'hypothèse d'une jeunesse passée dans une communauté religieuse, peut-être proche des esséniens , est parfois évoquée [ 65 ] et reste peu probable [ 66 ]. Il n'y a quasiment aucun élément entre les récits de la naissance de Jésus et sa vie publique, encore moins entre l'âge de douze ans et celui de trente ans, début de son ministère.

Ces textes, non canoniques , participent pourtant de la mythologie chrétienne [ n 25 ] , et ont inspiré une importante production littéraire et artistique. Cette vie cachée est présentée comme un apprentissage de Jésus auprès de son père putatif Joseph: Cette période peut également avoir représenté pour Jésus plusieurs années où il a joué un éventuel rôle de chef de la famille après le décès de Joseph [ n 26 ].

La bourgade de Nazareth ne compte à l'époque de Jésus que deux à quatre cents habitants. Étant trop petite pour assurer la subsistance d'un charpentier, il est possible que Joseph et ses fils aient offert leurs services ou trouvé du travail à Sepphoris , ancienne capitale de Galilée en plein travaux de reconstruction, ou dans d'autres grandes villes galiléennes Arraba , Magdala ou Tibériade [ 68 ].

Pourtant, les évangiles ne mentionnent pas ces villes, ce qui pourrait suggérer que Jésus les ait évitées pendant son ministère, d'autant plus qu'il fuit généralement les grandes agglomérations. Flavius Josèphe rappelle l'hostilité des Juifs à l'encontre des villes jugées trop cosmopolites ou abritant des places fortes romaines, l'occupant méprisé [ 69 ]. La culture urbaine, friande de modernité, choque également la mentalité villageoise plus traditionnelle et il se peut que Jésus, issu d'une famille nombreuse du milieu semi-rural de Nazareth, soit imprégné de cette mentalité.

S'il faut cependant se garder de l'image traditionnelle d'un Jésus pauvre paysan galiléen, la polysémie du terme tektôn laisse la voie à de nombreuses interprétations: Jésus a pu tout aussi bien appartenir à un milieu modeste d'artisan charpentier [ 70 ] qu'à une moyenne bourgeoisie d'entrepreneurs qui a profité des grandes voies de communication romaines telle la Via Maris , et des importants chantiers urbains entrepris par Hérode Antipas dans la région.

Dans cette optique, Joseph aurait été un entrepreneur se chargeant, avec ses fils et quelques salariés, de la construction d'édifices entiers [ 71 ]. C'est en s'appuyant sur son propre exemple que Jésus aurait exhorté à l'abandon des richesses matérielles pour les donner aux plus pauvres [ 72 ].

En plus de leur activité principale, Joseph et ses enfants ont peut-être cultivé également un lopin de terre comme le faisaient, si l'on en croit Eusèbe de Césarée , les petits-enfants de Jude frère de Jésus qui ont pu hériter de la ferme familiale [ 73 ] , ce qui expliquerait les paraboles de Jésus qui ont le plus souvent trait à l'agriculture champs, semences, etc.

À l'époque de Jésus, deux grandes langues véhiculaires se partageaient le monde gréco-romain, se superposant aux parlers locaux: Ces deux langues se retrouvaient en Palestine: Mais le grec avait également pénétré la Judée depuis la côte et ses villes hellénistiques comme Césarée et les juifs hellénistes de la Diaspora avaient des synagogues à Jérusalem [ 75 ].

Ainsi le degré d'hellénisation de la Galilée, terre de passage où se croisaient marchands phéniciens et grecs , est diversement envisagé selon le degré d'urbanisation qu'y voient les chercheurs [ 76 ]. Si on s'accorde pour dire que le grec était la langue de l'administration et de l'élite économique ou culturelle, certains pensent néanmoins que la majorité des Galiléens ne le parlaient pas, voire ne le comprenaient pas [ 77 ]. L' hébreu était quant à lui la langue sacrée des juifs, dans laquelle on lisait les Écritures et chantait les psaumes.

Il était peut-être encore vivace dans les familles liées au sacerdoce et les milieux cultivés. Si l'on retient une appartenance sacerdotale ou lévite de la famille de Jésus, ce dernier, par son père et par la fréquentation de la synagogue, a pu apprendre l'hébreu [ 79 ]: Ainsi, pour sa part, Jésus s'exprimait-il vraisemblablement dans un dialecte araméen parlé par les paysans de Galilée [ 78 ] mais pouvait se servir de l'hébreu liturgique dans les discussions avec les scribes [ 81 ].

Pour son usage du grec, il y a débat: À la différence de la Judée , qui, avec la Samarie et l' Idumée , constitue une région de rang quasiment provincial [ 85 ] , la Galilée n'est pas directement administrée par les Romains mais fait partie des possessions [ 86 ] de l' ethnarque Hérode Antipas , dont le long règne de quarante-trois ans, qui s'achève en 39 , recouvre presque toute la vie de Jésus [ 87 ].

Le territoire bénéficie donc d'une relative autonomie, tant que le tribut est payé aux autorités romaines. Ce territoire est entouré de populations non juives: Les Galiléens, réputés belliqueux, chauvins et courageux, y sont souvent moqués pour leur dialecte et leur accent, signe d'importantes différences culturelles avec les Judéens, qui se montrent méprisants à leur égard [ 89 ].

Certains chercheurs font de la région un foyer du pharisianisme [ 91 ] mais d'autres situent plutôt ce foyer à Jérusalem [ 92 ]. Il est néanmoins vraisemblable qu'un prédicateur à la réputation messianique originaire de Galilée passe pour un personnage inquiétant à Jérusalem auprès de ceux qui sont soucieux de ménager les bonnes relations avec l'autorité romaine [ 87 ].

Néanmoins, la présence du pouvoir romain reste relativement discrète et ne se fait ressentir qu'au moment de la collecte des impôts, de la construction des routes ou à travers la présence de forces de l'ordre cantonnées au palais d'Hérode ou à la forteresse d'Antonia [ 96 ].

De leur côté, à cette époque, les samaritains constituent un groupe très distinct du judaïsme [ 99 ]. D'une manière générale, il semble que le bas-clergé était plutôt opposé aux Romains à la différence du haut-clergé [ 99 ]. L'époque connait également l'émergence de courants messianiques [ ] et prophétiques, ainsi que, parmi ces derniers, des groupes baptistes , probablement assez répandus dans les couches populaires à l'écart des villes et dont le prédicateur le plus connu est Jean le Baptiste [ ].

Les traditions chrétiennes primitives se partagent à ce sujet généralement entre un ministère d'environ un an à environ trois ans [ n 29 ] , déduites du nombre de montées à Jérusalem pour la Pâque: La recherche contemporaine s'accorde, avec des nuances, sur un ministère compris entre un et quatre ans [ ] , avec un consensus significatif envisageant une période de deux à trois ans [ ].

Les lieux cités dans les évangiles situent son action de part et d'autre du lac de Tibériade , principalement en Galilée dont il est ressortissant et dans la Décapole , avec quelques passages en Phénicie Tyr et Sidon et en Trachonitide Césarée de Philippe. Il semble qu'il soit à cette époque considéré comme un habitant de Capharnaüm [ v 19 ].

Les pays à population juive de l'époque étaient la Galilée et la Judée, séparées par la Samarie dont les habitants étaient considérés comme non-juifs. Jésus est perçu comme un étranger en Judée: La chronologie de cette période de vie publique est extrêmement confuse: On considère néanmoins que c'est le baptême de Jésus par Jean le Baptiste qui marque l'ouverture de son activité publique.

Vers 30 ans, Jésus rejoint Jean le Baptiste , un prédicateur populaire des milieux baptistes [ ] qui dénonce la pratique formaliste des milieux sacerdotaux dont il est peut-être lui-même issu [ n 30 ]. Jésus reçoit le baptême que Jean administre pour le pardon des péchés à ceux qui reçoivent son message favorablement, en une immersion dans l'eau vive qui prépare au règne messianique et à l'imminence du Jugement divin [ ]. Cette pratique diffère fondamentalement de celles des esséniens , tant dans son aspect rituel que dans la doctrine qui la sous-tend: Mais il apparaît des divergences [ ] , voire des tensions [ ] , entre Jésus et Jean-Baptiste, quant à leurs conceptions respectives du règne de Dieu, même si c'est bien aux côtés de Jean que Jésus mûrit sa mission [ ].

Par ailleurs, la communauté chrétienne, qui envisage le Baptiste comme un précurseur, conserva le rite initiatique du baptême dans sa forme, mais non point son sens [ ]. Jésus s'entoure de disciples dont la tradition veut qu'ils aient été douze [ n 32 ] , dont les premiers sont peut-être recrutés dans les milieux baptistes [ ].

Jésus se fait connaître localement, dans un premier temps comme guérisseur thaumaturge. Ces pratiques thérapeutiques, dont le fondement est d'ordre religieux puisque les maladies étaient alors perçues comme la sanction divine des péchés, étaient répandues dans le monde gréco-romain [ ] et parmi les rabbi juifs [ ] dont Jésus reproduit parfois des gestes thérapeutiques connus [ ].

La pratique de Jésus se distingue néanmoins par le nombre de miracles rapportés et dans le refus par leur auteur de se les voir attribués: Outre les miracles thérapeutiques, Jésus pratique également des exorcismes , des prodiges , des sauvetages ou des miracles illustratifs de son interprétation de la Loi juive [ ]. Les évangiles insistent souvent plus sur la confiance des bénéficiaires de miracles qu'ils ne s'attardent sur le détail des manipulations [ ].

Jésus présente les miracles comme une anticipation de l'accès au bonheur éternel auquel a droit chaque humain, y compris les plus pauvres.

L'évangile selon Marc rapporte que c'est ce pouvoir d'opérer guérisons et prodiges qui aurait été transmis à ses disciples [ ] , plutôt que la capacité de communication avec la divinité [ ]. Les textes révèlent à cet égard un comportement général de Jésus fait de bienveillance, tourné vers les gens, particulièrement ceux plongés dans une situation personnelle ou sociale méprisée et difficile: Cette façon d'être, associée à une dénonciation de l'hypocrisie et de toute forme de mensonge, lui attirera inévitablement nombre d'admirateurs en provoquant simultanément de l'hostilité.

Sur le plan de la morale , l'enseignement de Jésus est centré sur les notions d'amour du prochain et de pardon, que l'Homme doit observer pour se conformer aux commandements de Dieu. Cet enseignement est exprimé de manière synthétique dans les Béatitudes , et plus développé dans le Sermon sur la montagne d'où elles sont tirées. Ces principes sont déjà présents dans la religion juive, mais Jésus leur accorde un rôle central, et privilégie une interprétation spirituelle de la Loi mosaïque au détriment d'une interprétation littérale et formaliste qu'il dénonce.

Ce message, original et varié, entre néanmoins difficilement dans les catégories socioreligieuses préalablement établies [ ]. On peut cependant souligner plusieurs points de rupture avec Jean le Baptiste: Jésus n'est pas un ascète , il présente un Dieu de grâce, de jugement et de l'amour sans limite [ ] qui inverse l'exhortation de Jean à la conversion sur fond de colère divine [ ]. Sa doctrine paraît d'emblée sûre et originale [ ]. Son enseignement est essentiellement connu à travers les Évangiles , qui en font le récit, et les commentaires qui en seront faits dans le reste du Nouveau Testament.

Son enseignement et son action montrent une très bonne connaissance des textes religieux et de la loi juive [ ]. La proximité, l'adhésion voire le rejet de Jésus vis-à-vis du pharisianisme sont d'ailleurs toujours l'objet de débats au sein de la recherche [ ]. Il utilise deux méthodes typiques des docteurs de la Loi , ses contemporains: Par cet usage de la parabole, Jésus laisse souvent l'auditeur libre de ses réactions, en ne le prenant pas de front.

Mais il n'en pratique pas moins un enseignement d'autorité [ ] qui tranche avec les enseignements des scribes [ ] , qui se réclament toujours, quant à eux, de l'autorité d'une source [ n 35 ]. Son action suscite des réactions fortes et contrastées. On trouve à la fois des témoignages sur de grandes foules qui le suivent et le cherchent, montrant un indéniable succès populaire, et d'autres le montrant vivant dans une quasi-clandestinité au milieu de populations hostiles. En effet, Jésus a pu être l'un de ces révoltés si fréquents à son époque, un prophète juif charismatique dont le message eschatologique, sapiential ou de réforme sociale a eu une portée politique sur le monde ambiant dominé par les Romains et leurs collaborateurs judéens [ ].

Jésus est arrêté alors qu'il séjournait à Jérusalem pour célébrer la fête de Pessa'h la Pâque juive. Ce dernier séjour à Jérusalem se déroule dans une ambiance clandestine [ v 26 ] , où les disciples échangent des mots de passe et des signes de reconnaissance pour préparer le repas dans un endroit caché.

Le contraste avec l'ambiance enthousiaste de l'entrée triomphale de Jésus à Jérusalem célébrée le dimanche des Rameaux est flagrant, ce qui suggère que ces deux montées à Jérusalem n'ont pas eu lieu la même année. Il est possible que cette clandestinité soit due à la crainte de l'intervention de la garnison romaine.

L'étude des évangiles ne permet pas une lecture très claire des causes et de l'historique de ce retournement d'opinion. On trouve la trace dans les évangiles de l'attente messianique d'une partie de la population, qui attendait un Messie politique, libérateur du joug des Romains.

Jésus a pu décevoir cette attente en refusant l'action sur le terrain politique [ ]. Le retournement d'opinion s'est d'abord manifesté en Judée [ v 22 ] , puis dans son pays en Galilée. Il semble que le signal de la répression soit venu des milieux sacerdotaux conservateurs de Jérusalem, souvent assimilés aux sadducéens [ ] , inquiets de l'impact de son enseignement ouvert sur la Torah et des effets de l'enthousiasme populaire qu'il suscitait sur le fragile modus vivendi avec l'occupant romain [ ].

À la suite de cet ultime repas, Jésus est arrêté au jardin de Gethsémani , par la dénonciation de son disciple Judas [ ] , sans que le motif soit vraiment clair [ ]. Jésus se trouve alors confronté aux trois pouvoirs superposés de la Palestine [ ]: Les modalités du procès de Jésus sont déconcertantes [ ] si l'on se réfère à ce que l'on connait du droit de l'époque: La question de ce procès, toujours ouverte, est d'autant plus difficile qu'elle a été obscurcie, par le temps et l' antisémitisme entre autres, de multiples enjeux politiques et religieux [ ].

La narration des évangiles est difficile à suivre dans des compositions qui semblent avoir été écrites à l'intention des Romains [ ] , même si certains détails dénotent de traditions locales [ ]. Jésus est arrêté la nuit [ ] par la police du Temple, aux ordres des autorités religieuses espérant peut-être liquider le cas du Nazaréen avant la Pâque [ ]. Cela donne lieu à des confrontations où Jésus soit se tait, soit paraît souligner le caractère relatif du pouvoir de ses interlocuteurs par sa liberté de parole [ ] dans des scènes très chargées symboliquement [ ].

En tout cas, sa mort a eu lieu durant les fêtes de la Pessah [ ] , pendant que Pilate est préfet de Judée, donc après 26 et avant 37 [ ]. Il est enseveli avant la levée de la première étoile, suivant la prescription de la loi judéenne [ ]. La mort de Jésus est suivie d'un épisode qui relève de la seule foi [ ] mais qui n'en appartient pas moins à l'histoire des religions par les effets incalculables [ ] qu'il a produits: Il faut considérer l'annonce de la résurrection de Jésus comme l'élément majeur de la fondation de ce qui va devenir une nouvelle religion.

Cet épisode fondamental n'est décrit dans aucun évangile canonique. À travers quelques scènes [ v 29 ] qui présentent une forte diversité selon les évangiles, les textes présentent l'après-coup: On peut constater trois constantes des récits canoniques: Le seul récit de la résurrection qui nous soit parvenu figure dans l' évangile de Pierre , un document assez semblable aux synoptiques, qui mentionne précisément l'épisode dont les témoins sont les gardes en faction à l'entrée du tombeau: Les sentinelles s'encourent pour prévenir Pilate tandis que les femmes découvrant le tombeau vide sont informées de la résurrection par un jeune homme [ ].

Sur le plan de la religion , Jésus n'a jamais cherché à se séparer du judaïsme [ ] , et ses disciples ont dans un premier temps été considérés comme une secte juive parmi d'autres. L'histoire de la séparation se réunit autour de deux pôles selon que l'historiographie est issue de l'une ou l'autre école: Les sources de la vie de Jésus ont longtemps reposé essentiellement sur des documents littéraires produits par le christianisme lui-même.

Or les auteurs des Évangiles canoniques n'avaient pas pour objet de livrer une documentation de caractère historique à la postérité mais bien un témoignage de foi [ ]. Certains mythologues ont pensé résoudre les difficultés rencontrées par l' historien en expliquant les Évangiles comme un mythe solaire ou un drame sacré purement symbolique dans une démarche qui ne résiste désormais plus à l'analyse [ ].

Si l'existence de Jésus n'est plus guère discutée que par quelques auteurs en dehors du milieu académique spécialiste, la nature de cette existence reste, quant à elle, bel et bien débattue sous différents aspects.

Les textes constituent évidemment des sources d'étude valables à condition de les soumettre à la critique. Le Nouveau Testament dans son entier est la source la plus complète dont on dispose concernant la vie et l'enseignement de Jésus. Le premier des évangiles à avoir été rédigé semble être celui selon Marc.

Dans leur état actuel, les évangiles datent vraisemblablement d'entre 65 et [ ]. Leur rédaction prend place entre 50 et 65 mais elles ne fournissent que peu de renseignements sur la vie de Jésus [ ]. Certaines d'entre elles pourraient être authentiques. Elles proviennent de variantes des Évangiles, des papyri d'Oxyrhynque , des textes apocryphes du Nouveau Testament comme l' Évangile selon Thomas , dont les fouilles de Nag Hammadi ont mis au jour une traduction complète en copte et dont l'attribution à l'apôtre Thomas est rejetée par les chercheurs.

Le Papyrus Egerton 2 publié pour la première fois en , composé de 4 fragments, retranscrit des faits et des paroles à rapprocher de l'Évangile selon Jean. La critique textuelle laisse cependant apparaître une fiabilité documentaire nettement supérieure des textes du Nouveau Testament [ ]. Il arrive à d'autres Pères de l'Église comme Eusèbe de Césarée ou Jérôme de Stridon de citer des fragments d'évangiles apocryphes, en général pour en contester la valeur Évangiles des Hébreux , des Ébionnites , des Égyptiens , des Nazôréens ….

Il n'existe aucun acte officiel des autorités romaines se rapportant à Jésus. Le premier chroniqueur qui évoque Jésus vers 94 est Flavius Josèphe , romain d'origine juive né en Son témoignage mentionne, dans ses Antiquités judaïques , Jésus à deux reprises.

L'authenticité de ce passage fait encore l'objet de débat, la plupart des commentateurs envisagent aujourd'hui que ce passage, en son état actuel, a été retouché par des mains chrétiennes, ce qui n'exclut pas que Josèphe ait rédigé une notice sur Jésus, peut-être moins enthousiaste [ ]. Il y est fait référence à un certain Yeshu qui aurait conduit le peuple sur de mauvaises voies et fut condamné à mort pour sorcellerie puis pendu la veille de Pâques à Lod.

Sa secte aurait survécu à sa mort plusieurs décennies voire plusieurs siècles selon le Talmud. Les historiens pensent généralement qu'il s'agit d'une parodie d'un Évangile perdu, bien qu'il semble au moins partiellement venir de sources juives antiques concernant Yeshu. Dans le Talmud on rencontre un Yeshu et le personnage a été souvent identifié comme identique à Jésus. Cependant, dans le Talmud, Yeshu se rapporte apparemment à plusieurs personnes vivant à des époques différentes notamment un siècle avant et un siècle après Jésus et des indices peuvent laisser penser que le Yeshu du Talmud et le Jésus des Évangiles n'ont pas de rapport entre eux [ ].

En revanche, Joseph Klausner trouve fiable le rapprochement du Yeshu du Talmud avec le personnage de Jésus [ ]. Mattai, Naqi, Netser, Boni et Todah [ ]. Il est à noter que selon les Toledot Yeshu ainsi que selon le principal narratif concernant Yeshu dans le Talmud, ce dernier vivait un siècle avant l'ère chrétienne.

Pour de nombreux commentateurs juifs traditionnels comme Rabbenou Tam , Nahmanide , ou plus récemment Adin Steinsaltz , c'est ce Yeshu qui fut le personnage historique sur lequel fut ensuite construite la figure de Jésus. Il est souvent fait allusion à Ben Stada, comme étant issu de l'union adultère de Myriam et d'un soldat romain appelé Pandera à rapprocher du propos Celse dans son Discours véritable , rapporté par Origène.

Le texte de Tossafot sur Shabbat , datant du Moyen Âge, écarte cette légende: Dans une lettre à l'empereur Trajan en ou [ ] , Pline le Jeune explique les résultats d'une enquête qu'il a menée sur des chrétiens de Bithynie à la suite d'accusations parvenues jusqu'à lui, et explique qu'il ne trouve pas grand-chose à leur reprocher [ ].

Le document renseigne, en tout état de cause, davantage sur le christianisme que sur Jésus tandis que son implication des Juifs est, au mieux, douteuse [ ] et elle s'inscrit dans une démonstration plus générale [ ].

Si le christianisme des premiers temps a pu passer pour un nouveau courant acceptable du judaïsme, il s'est rapidement posé le problème de l'adhésion de plein droit de membres païens sans en faire d'abord des Juifs [ ].

La messianité, bien qu'elle ait joué un certain rôle lors de la condamnation de Jésus, n'est pas alors déterminante de l'autodétermination juive de cette époque puisque certains courants du judaïsme, tels les sadducéens, allaient jusqu'à renoncer à cette attente [ ]. Le judaïsme , la religion de Jésus lui-même, n'a pas désormais de point de vue spécifique ou particulier sur le Jésus et très peu de textes dans le judaïsme se réfèrent directement ou parlent de Jésus.

En effet, un des principes les plus importants de la foi juive , est la croyance en un Dieu et seulement un Dieu, sans aucun intermédiaire [ v 33 ]. La Trinité chrétienne y est comprise comme une croyance en Jésus en tant que Divinité, partie de Divinité ou fils de Dieu, qui est de ce fait incompatible avec le judaïsme et en rupture avec l'hébraïsme qui le précédait [ ]. Pour cette raison, les questions apparentées, telles que l' existence historique de Jésus et les autres sujets concernant sa vie sont de même considérés comme hors de propos dans le judaïsme.

L' eschatologie juive considère que la venue du Messie sera associée avec une série d'évènements spécifiques qui ne se sont pas encore produits, y compris le retour des Juifs en Terre d'Israël, la reconstruction du Temple , une ère de paix [ v 34 ]. Sa prédication auprès des juifs aurait été un échec [ ] et il est suivi des seuls apôtres. Les juifs auraient alors voulu le punir en le crucifiant mais Dieu ne l'a pas permis et lui aurait alors substitué un sosie [ ] avant de le rappeler à lui [ v 43 ].

Néanmoins la fin terrestre de Jésus reste obscure, aucun passage ne signifiant clairement ce qu'il en est advenu. La représentation de Jésus dans le Coran lui confère également une dimension eschatologique [ ]: En définitive, on trouve dans le Coran quatre négations catégoriques concernant Jésus, par crainte d'associationnisme shirk [ ]: Le lieu de culte est situé à Srinagar.

Ce courant développe une christologie particulière selon laquelle Jésus est un prophète de Dieu qui aurait été déposé de la croix en état de coma et non mort et, une fois soigné, serait venu finir sa vie au Pakistan jusqu'à ans [ ]. Les auteurs des évangiles, issus d'un contexte judaïque généralement réticent à l'égard des images par peur d' idolâtrie , semblent considérer que les paroles de Jésus sont plus importantes que son apparence et ne donnent aucune description de celui-ci [ ].

Mieux, les seules allusions néotestamentaires énoncent l'impossibilité et le refus de donner des traits physiques au Jésus de l'Histoire: La littérature patristique se contente de jugements de valeur: Paul critiquant le port des cheveux longs 1 Cor 11,14 , certains jugent qu'on ne peut en affubler son maître [ ]. L'art chrétien ne va pas de soi et trouve ses origines dans l'art païen et polythéiste, en l'imaginaire duquel les peintres et sculpteurs antiques puisaient.

Les pères de l'Église , pour leur part, contestaient l'art en tant que tel en des termes assez durs et se réclamaient de l'Ancien Testament qui condamne radicalement l' iconographie [ v 45 ]. Les représentations en demeurent cependant rares au profit de figures de l'Ancien Testament, comme Moïse ou Jonas, et Jésus n'est représenté que dans un petit nombre de scènes: Ces deux types distincts de représentations coexisteront pendant près de deux siècles encore [ ].

Les traditionnelles représentations de la Vierge à l'Enfant puisent quant à elles leurs origines dans les représentations de la déesse d'origine égyptienne Isis [ ] allaitant Harpocrate , l' Horus enfant [ ].

L'Église catholique autorisant les représentations du Christ, celui-ci a été l'objet d'un nombre incalculable de figurations sous forme de portraits, de tableaux mettant en scène sa vie, de sculptures, de gravures, de vitraux , etc.

Dans l'art occidental, le personnage de Jésus est certainement celui qui a fait l'objet du plus grand nombre de représentations. Une des figurations les plus courantes est celle du Christ en croix , au moment de sa Passion. Toutes ces représentations relèvent de la création artistique, aucune image contemporaine au Christ ne nous étant parvenue. Malgré la diversité des artistes et des époques, elles ont toutes quelques traits communs.

En fait, les représentations de Jésus obéissaient à des canons artistiques précis [ ] , basés sur la tradition et les plus anciennes représentations connues: Sa tête est souvent entourée d'un cercle lumineux ou doré, appelé auréole , attribut courant figurant la sainteté d'un personnage. Quand elle s'applique à Jésus, cette auréole est souvent marquée conventionnellement d'une croix généralement rouge , qui permet de l'identifier sans ambiguïté.

L'expression des yeux est l'objet d'une attention particulière des artistes. De même, la position de ses mains a souvent une signification religieuse. L'Église catholique ayant exprimé le souhait que la vie de Jésus puisse être comprise par tous, il n'est pas rare de trouver en Afrique des figurations du Christ en homme de race noire, ou en Amérique du Sud des représentations de sa vie avec des vêtements locaux.

Ce phénomène est ancien, puisque les artistes de la Renaissance représentaient déjà Jésus entouré de personnages habillés selon la mode de leur siècle voir le groupe de personnes à droite sur le tableau de Fra Angelico , Descente de Croix.

Au Moyen Âge, les représentations visuelles avaient une fonction éducative: C'est ce qui est à l'origine de la crèche de Noël , tradition encore très active dans les milieux chrétiens. Certaines scènes sculptées sur les calvaires bretons , comme celui de la chapelle de Tronoën par exemple, sont de véritables résumés de la vie de Jésus.

LE PREMIER TESTAMENT, PREMIERES ALLIANCES